Oxmo Puccino, L’Arme de paix

13 04 2009

larme-de-paix

L’Arme de paix fait figure de coming-out variétoche. Oxmo Puccino louchait secrètement sur la variété depuis une décennie. Mais jusqu’ici, comme un grand gaillard gauche étouffé par la timidité, il semblait hésiter avant de franchir le pas. Après L’Amour est mort, aux accents variété, il était revenu dans les clous avec Cactus de Sibérie. Pareil après le jazzy Lipopette bar. Le 23 mars dernier, Oxmo s’est définitivement jeté dans le bain.

L’Arme de paix est un album Potemkine. Séduisant à la première écoute, il sonne désespérément creux pour peu qu’on insiste. Bien sûr, Oxmo Puccino n’a pas perdu en route son talent d’écriture, si bien que certains morceaux sont foutrement bien ficelés. Le problème : Oxmo Puccino n’a plus grand-chose à dire. Et il le confesse volontiers : « Je ne fais plus des chansons qui font état de mon quotidien, parce que mon quotidien a changé et qu’il est peut-être moins intéressant qu’avant. » (1)

Alors, le black mafioso puise son inspiration ailleurs. En cherchant l’universel, il dérape souvent vers la banalité. Les grandes considérations sur la vie et ses tracas succèdent aux truismes éculés. A force de tourner à vide, l’écriture d’Oxmo au lyrisme mièvre paraît vaine. Résultat : L’Arme de paix manque de muscle. La musique dépouillée des Jazzbastards et les finitions de Renaud Létang remplissent leur contrat. Sans plus. Oxmo lui-même a perdu le coffre qui faisait le charme de sa voix caverneuse.

Le cinquième album d’Oxmo est une nouvelle manifestation du complexe d’infériorité dont souffre le rap français. Nos MCs nationaux donnent souvent l’impression d’avoir intégré l’idée que le rap est une sous-musique. A commencer par Oxmo Puccino, en dépit de ses dénégations –« le rap, une sous-culture, mais quelle idée ! Ce sont des propos de fils de canidé ». A telle enseigne qu’ils ont souvent tendance à lorgner la respectabilité du côté de la variété. Kery James, cherchant l’adoubement de Charles Aznavour, illustre jusqu’à la caricature ce besoin pathétique de reconnaissance. A vouloir faire du rap une musique de notable, on perd de vue son essence infâme. Chez Oxmo Puccino, l’hommage rendu à Jacques Brel vire au sacrilège tant le morceau est raté.

On n’attend pas du black desperado un deuxième Opéra Puccino –d’ailleurs son chef d’œuvre est peut-être son deuxième opus, L’Amour est mort. On aimerait simplement qu’Oxmo exploite à fond le talent qu’il ne laisse entrevoir que par intermittence.

(1) Interview pour le site Rap2france

Publicités

Actions

Information

4 responses

27 04 2009
6 06 2009
ELFUNTUS

Tu l’as dit l’ami, que tous les gens qui n’aiment ou ne veulen pas écouter/faire du rap ou être politiquement correct se mettent à autre chose, je freestyle tous les jours comme je vais au chiottes c’est juste un besoin vital donc quand j’enregistre j’essaye de faire ça propre et bien, en soi c’est une habitude de vie comme siffler parler péter roter gars pense c’que tu veux mais pour moi c’est ça la vie, j’ai vu et écouter en live au bataclan personne peut contredire le fait que seules Mama lova, l’enfant seul, du sang qui coule dans mes veines en bpm, font l’unanimité, t’entends toute la salle reprendre par coeur les textes.
..Sinon TRES BON ARTICLE, je supporte

17 09 2009
quoso

bien écrit mais les « J’étais là en 72, quand il a fait ça, ça va deux minutes »

je ne suis pas d’accord avec cet article, même si je respecte l’avis. le discours est conforme à toutes ce personnes qui pensent que le Rap leur appartient, et qu’il n’y a qu’une manière de faire.
il faut accepter l’évolution, et la créativité même si elle n’est pas au goût de tout le monde (du vôtre dans ce cas précis), je suis curieux de vos références actuelles en matière de Rap, car il est bien facile de citer le passé.

« ne pas confondre, révolution et révolu »

quoso

11 10 2009
Quadrature

Désolé pour la réponse tardive.

Je ne critique absolument pas le fait qu’il évolue. C’est toujours bien quand un mec teste de nouvelles choses, prend des risques, sinon on risque l’asphyxie. C’est simplement que j’ai du mal à suivre le chemin pris par Oxmo. Il a perdu du nerf en vieillissant.

Et puis il y a maldonne : je ne prétends pas avoir raison. Je suis bien conscient que mon avis vaut ce qu’il vaut, c’est-à-dire pas grand-chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :