« IAM, c’est de l’antiquité »

11 04 2009

iam

IAM est toujours à contretemps. Le groupe affichait son unité –de façade- quand les autres représentants de la scène old school se séparaient. Et au moment où les autres vétérans se rabibochent, de NTM à la Cliqua, IAM éclate.

Le bruit courait depuis plusieurs mois. C’est désormais officiel : Freeman quitte le groupe avec perte et fracas : « le groupe IAM a été, selon moi, un gâchis monumental. On pouvait faire des choses extraordinaires, aller encore plus loin. Dommage que certain du groupe ou de son entourage, ne pensaient qu’au profit et à l’argent. Pour cette raison, je n’ai plus rien a voir avec IAM. » La charge est violente. Et affligeante. Freeman, danseur reconverti au MCing faute de débouchés dans sa discipline d’origine, n’a jamais vraiment convaincu au sein d’IAM. Ses prestations ont largement contribué à plomber Revoir un printemps. Sa diction incompréhensible et son flow rustre ne lui ont jamais permis de se mettre au niveau de ses deux partenaires, à l’exception peut-être de Un bon son brut pour les truands sur L’Ecole du micro d’argent.

Le départ de Freeman est finalement une bonne nouvelle pour tout le monde. L’ex-danseur n’est jamais parvenu à s’exprimer qu’en solo. Ses piètres performances avec IAM ne doivent pas faire oublier qu’il a sorti en 1998 un solo très réussi, L’Palais de justice, en collaboration avec K-Rhyme le Roi.

Les contradictions de Freeman donnent à son départ les allures d’une crise de jalousie. « Akhenaton a, depuis le début, été dans une démarche individualiste », prétend-il, avant d’afficher ses ambitions futures : « maintenant je veux penser à moi, et à moi seul […] J’en ai marre d’être toujours affilié a quelque chose, et j’ai souvent souffert d’un déficit énorme concernant l’image. » Quoi qu’il en soit, le split d’IAM révèle ce qu’on pressentait depuis un bon moment : le groupe n’est pas le havre de bonne humeur qu’il prétend être. L’ambiance au sein du groupe est un peu à l’image de Plus belle la vie, le soap de France 3 : jovialité toute marseillaise à l’extérieur, coups fourrés et rancœurs à l’intérieur.

On attend désormais la réaction du groupe. Les 5 rescapés devraient être le 7 mai prochain sur la scène du Festival « au fond du jardin du Michel ».

Lire l’interview complète sur le blog du magazine Orbeat.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :